Author

Anne

ATELIER 2

by Anne

Vous êtes maintenant attentif aux papiers qui croisent votre route dans le quotidien: du sachet de thé au ticket de cinéma, en passant par le papier kraft emballant le bouquet qu’on vous a offert… Vous chinez, vous récoltez avec plaisir et intérêt les papiers qui vous interpellent.

Dans ce nouvel atelier, je vous propose de découvrir 5 façons d’explorer tous ces « trésors », en vous reliant à vos sens, en étant à l’écoute de vos ressentis. A partir de cet atelier, vous pouvez créer dans le figuratif ou être simplement ouvert à vos sens, dans une totale présence à soi.

1. Sentir la matière:

Je vous invite à toucher avec attention les papiers que vous saisissez entre vos doigts: les palper, les caresser, les frotter, ressentir s’ils possèdent des textures différentes, du relief, des éléments insérés, des épaisseurs différentes, s’ils sont grossiers, minces, soyeux, lisses, légèrement rugueux, râpeux, poreux, glacés…

Vous pouvez même attirer votre attention sur l’odeur des papiers: certains peuvent avoir une odeur parfumée, d’encres, de renfermé, de vieux livres…

2. Découper:

Pour choisir les morceaux que vous allez découper, vous utiliserez plus le sens de la vue: sens extrême stimulé dans votre quotidien et dans notre société. Je vous conseille de prendre des ciseaux avec des lames assez courtes, un peu comme des ciseaux d’écolier. Ce n’est pas obligé qu’ils aient des bouts ronds, mais avec une lame plus courte, votre découpage sera plus précis.

A vous de faire votre choix: « Tiens, ce papier me plait parce qu’il a une ligne jaune. Cette teinte est intéressante par sa nuance. Ce dégradé est lumineux. Le coté rugueux de ce papier peut contraster avec le côté très lisse et glacé de cet autre papier… » Observez les papiers avec attention en ne choisissant que ceux qui vous plaisent. Faites confiance à votre petite voix intérieure, à votre intuition.

3. Déchirer:

De la même façon, vous allez sélectionner et isoler des morceaux de papiers qui vous attirent, mais cette fois-ci, en déchirant. C’est moins habituel! Dans le quotidien, nous déchirons souvent pour jeter à la poubelle des documents dont nous n’avons plus besoin. Là, vous pouvez choisir de déchirer la petite partie d’une facture, sur laquelle vous voyez des chiffres écrits en gras, des lignes tracées dans une autre couleur… Soyez attentif au sens de déchirage: Y a-il un sens plus aisé pour déchirer? Est-ce que le déchirage est régulier comme une bande, haché? Est-ce que le blanc du papier d’en-dessous apparaît à certains endroits? Est-ce que si je déchire le papier sur l’envers, j’obtiens le même résultat? Déchirer permet d’explorer à l’infini, beaucoup plus que de découper.

4. Tendre l’oreille:

Avons-nous l’habitude de créer en écoutant les bruits autour de nous? Vous pouvez écouter la différence de sons lorsque vous découpez ou lorsque vous déchirez, lorsque vous utilisez un papier de soie, au ton délicat, du papier kraft, au timbre plus grave et lourd, ou du papier journal, très sonore… A ce moment-là, lorsque vous êtes dans l’écoute de l’action de vos gestes, vous êtes complètement relié(e) à vous-même, à votre création; Plus besoin de parler, ni de penser, juste écouter, suivre les sons et créer, présent à vous-même.

5. Agencer, associer, coller:

Vous avez découpé, déchiré. Maintenant, vous avez rassemblé sur votre table de travail des morceaux avec des formes, des textures, des couleurs, des lignes… qui vous plaisaient.

Le véritable travail de création peut commencer. Vous pouvez choisir de créer de manière figurative, représenter quelque chose de bien défini. Vous pouvez aussi choisir de créer de manière abstraite. Sans idée préconçue, vous suivez votre intuition: posez un morceau sur un bord de la feuille, au centre, dans un angle, associez-lui un morceau similaire en forme, en texture, en couleur… ou très différent pour faire un contraste. Vous pouvez travailler par similitudes ou différences, ou encore avec un élément fédérateur, comme une ligne qui se continue… Laissez libre cours à votre force créative dans la présence à soi, sans retenue.

Voici une page de mon carnet, pas comme modèle, mais pour attirer votre attention sur les effets différents entre les papiers découpés et déchirés.

Vous pouvez créer simplement pour vous, pour vous exercer sur des feuilles blanches, du papier recyclé, dans un carnet de croquis ou si vous avez besoin que vos créations « servent », vous pouvez recouvrir la couverture d’un cahier, créer une carte à envoyer, la page d’en-tête du nouveau mois dans votre bullet journal…

Très bonne exploration sans attendre un quelconque résultat, qui pourrait être lié à un jugement de beauté, juste créer et s’amuser, juste libérer votre créativité.

A vous de jouer!

Créer, ressentez, vivez!

0 comment
0 FacebookWhatsappEmail

Un moment ritualisé, rien que pour vous !

J’ai rencontré, hier, une citation faite pour vous! Les mots viennent à nous quand nous leur ouvrons notre cœur ! 

Daniel Pennac nous dit : « Si vous voulez vraiment rêver, réveillez-vous ! »


« La sagesse commence dans l’émerveillement. »
Socrate

Je crois que la quête de chaque personne est le bonheur, et je crois que chacun peut être heureux. Oui, je crois sincèrement que chaque personne peut accéder à ce bonheur en s’ouvrant à la beauté dans sa vie, je parle de la vraie beauté, pas celle étalée par les diktats de la mode, il s’agit de la vraie beauté profonde, de l’émerveillement.

Chacun mérite de faire entrer dans sa vie, dans son quotidien, la beauté. 

Oui, vous méritez de voir autour de vous le beau, le Beau avec un grand B. Ce beau, caché dans les toutes petites choses du quotidien. Vous méritez de pouvoir prendre conscience de tous ces petits bonheurs. 

Et pour pouvoir vous donner des temps de pause, précieux pour vous ressourcer, il faut vous autoriser à vous arrêter et à saisir la beauté de ces petits bonheurs, qui fourmillent autour de vous et qui sont souvent fugaces : comme sentir au réveil les effluves du café préparé par votre conjoint, entendre le chant cristallin d’un oiseau perché au-dessus de la fenêtre de votre bureau, regarder un nuage passé devant le soleil… 

Toutes ces choses charmantes sont là, à portée de main et vous méritez de vous permettre d’ouvrir vos yeux et votre cœur à toute cette beauté de la vie. Socrate a dit : « La sagesse commence dans l’émerveillement. »

C’est la raison pour laquelle, je crée depuis quelques mois des illustrations à partir de citations inspirantes pour me permettre d’ouvrir les yeux et surtout mon cœur sur mon quotidien, sur la beauté de la vie qui m’entoure et ainsi tous les matins se rappeler non seulement que je suis en vie et que c’est une chance inouïe et merveilleuse mais que j’ai aussi la beauté de mon existence, à apporter dans ce monde. 

Il est facile de se laisse emporter par le rythme effréné du quotidien, d’imaginer que nous ne pouvons pas prendre le temps de faire des choses non rentables, que nous n’avons pas le temps de s’émerveiller, de rêver, de créer, mais s’émerveiller, rêver et créer sont des éléments essentiels à notre équilibre et à notre bien-être.

Alors, vous aussi, vous pouvez commencer facilement à ouvrir vos yeux, votre nez, vos mains, votre esprit et votre cœur pour faire une petite pause qui vous ressourcera et vous permettra de poursuivre votre journée avec vos obligations.

Une célèbre barre chocolatée l’avait bien compris en inventant le slogan : Mars et ça repart !

Ma proposition est plus écologique au niveau santé !

Vous n’avez rien d’extraordinaire à faire, juste décider de commencer à faire attention à ce qui vous entoure et surtout à en avoir de la gratitude.

Avant de commencer une création artistique, qui vous permettra de vous reconnecter à vous-même, vous pouvez débuter en prenant conscience de votre monde à vous et de la vision que vous en avez. Pour vous ressourcer, vous devez vous donner des espaces de respiration. Vous devez vous créer des espaces de pause.  

Créez !

Et ça peut commencer tout petit, en ouvrant vos sens à ce qui se passe autour de vous. 

Ressentez !

Vous pouvez, par exemple, et si vous pensez ne pas avoir beaucoup de temps pour vous, décider que lorsque vous marchez jusqu’à l’arrêt de bus, jusqu’à votre voiture, faire attention aux bruits autour de vous, juste faire attention à la présence du chant d’un oiseau, au son de la voiture qui passe, de l’enfant qui rit au loin, des personnes qui parlent, du vent dans les feuillages, d’un aboiement de chien, d’un son de cloche, d’un bourdonnement d’insecte, d’un frottement d’une feuille sèche poussée sur le sol par le vent…

« Waouh », Vous vous dites : « je peux entendre tout ça !  Je ne suis pas obligée de rester enfermer dans mes pensées ! » 

 Vivez !

« J’ai pris un temps pour moi ! »

Oui, vous avez pris un temps pour vous, vous vous êtes recentrée et vous arriverez au travail ou à la maison, bien ancrée en vous !

Alors qu’allez-vous expérimenter cette semaine ?

Quel moment allez-vous instituer pour vous ? Et n’oubliez pas de le marquer chaque jour dans votre agenda comme une chose incontournable, comme une chose charmante à faire pour vous, rien que pour vous !

Créez, ressentez et vivez

C’est un très grand pas que vous venez de faire en décidant de programmer ce tout petit moment ritualisé pour vous !

Prenez soin de vous et de votre créativité!

Et je serai très heureuse que vous racontiez votre petite pause, rien que pour vous ! 

N’hésitez pas à vous inscrire à la newsletter pour être informée des nouveaux articles!

0 comment
0 FacebookWhatsappEmail

ATELIER 1

by Anne

Vous vous demandez peut-être comment développer votre créativité, quelle technique choisir, quel matériel possédé et utilisé, qu’exprimer, à partir de quel support, quel laps de temps consacré… ?

Toutes ces interrogations vous freinent, vous empêchent de passer à l’action, vous procurent des ressentis de jugement sur vos capacités, sur le regard que votre entourage pourrait porter à cette activité, sur l’utilité de consacrer du temps à cette activité…

C’est tout à fait normal, je suis aussi passée par toutes ces interrogations, et encore aujourd’hui certaines croyances peuvent ressurgir !

Enfant, vous ne vous posiez pas toutes ces questions. Vous suiviez votre intuition, votre plaisir ! 

Alors si vous souhaitez vraiment vous reconnecter à votre créativité, vous allez faire pareil ! Qu’est-ce qui vous apportait de la joie ? Ca pouvait être la peinture, le découpage, le tricotin, faire des pompons, la poterie… Il y a tant de solutions pour créer!

Je vous propose de commencer le cheminement par le papier.

Le papier ! Matériau bien simple et à la fois si mystérieux ! Il provient bien sûr, comme vous le savez des arbres ! Et les arbres sont des êtres vivants qui entretiennent avec les autres êtres vivants des liens particuliers ; Ils nous apportent force et sérénité.

Alors commençons par le papier !

De nos jours, le papier est partout dans notre quotidien ; au point que nous n’y faisons même plus attention ! Accordons-lui toute notre conscience !

Vous n’avez besoin d’aucun matériel, n’y d’un temps particulier. Il vous suffit, juste, de regarder autour de vous, d’avoir conscience de votre quotidien.

Vous pouvez rassembler dans une belle boite tous les papiers que vous rencontrez dans la journée et qui vous attirent, que vous aimez, qui déclenchent en vous un intérêt, un ressenti de bien-être ! Connectez-vous à vos ressentis!

L’intérêt peut se situer au niveau de son toucher, de sa texture, de sa douceur, de sa couleur, de ses motifs, de sa fragilité, de son odeur, de son bruit au toucher, de sa transparence… 

J’aime les papiers qui emballent les sachets de thé car ils sentent bons et que leur texture est un peu poreuse.

J’aime les vieilles cartes soutières pour les routes tracées dessus comme des chemins de vie, pour la couleur jaunie du papier, pour les anciennes polices d’écriture, pour la présence de rivières, de lacs, de forêts, pour les couleurs et les pictogrammes différents utilisés…

J’aime les vieux livres, les vieux romans ou les anciens manuels de leçons de choses pour leurs pages jaunies, pour les mots ou dessins que je trouve dedans, pour la finesse du papier, pour les petites écritures des légendes des dessins… 

J’aime les journaux pour la finesse de son papier, sa fragilité et sa faculté à se déchirer régulièrement dans un sens mais pas dans l’autre, pour le mystère de ses écritures différentes, pour les journaux étrangers : écritures comme des dessins mais qui ont du sens pour ceux qui parlent la langue ! 

J’aime le papier de soie ou le papier kraft qui entourent les bouquets de fleurs pour sa fragilité et sa transparence ou pour sa solidité, sa trame, ses couleurs neutres ou plutôt colorées quand il est bicolore, pour l’uniformité de sa couleur…

J’aime certains papiers cadeaux mais pas glacés pour leurs motifs.

J’aime les enveloppes reçues, pour leurs timbres oblitérés et leurs petites dentelures, les quadrillages que l’on peut trouver à l’intérieur.

J’aime le papier ligné des vieux cahiers jaunis, des partitions….

Et vous, quels papiers aimez-vous ? Pour quelles raisons ? Est-ce qu’ils vous rappellent un souvenir d’enfance, un moment heureux, une texture agréable…

Amusez-vous à voir autrement les papiers qui croisent votre route et à les collecter!

Prenez soin de vous et de votre créativité! 

N’hésitez pas à vous inscrire à la newsletter pour être informée des nouveaux articles!

0 comment
0 FacebookWhatsappEmail

PRENDRE SOIN DE SOI

by Anne

Prendre soin de soi … avant les autres!

Cela peut paraître égoïste, mais il n’en est rien, au contraire!

Pour voir, je ferme les yeux. Paul Gauguin

Si vous avez déjà pris l’avion, vous avez dû assister, juste avant le décollage, à la démonstration faite par le personnel de bord pour connaître les gestes d’urgence à effectuer en cas dépressurisation de la cabine. Et il est surprenant d’entendre que les adultes accompagnés d’enfants doivent d’abord mettre leur masque à oxygène avant de s’occuper de leurs enfants. Passé ce premier moment de surprise, il tombe sous le sens que si l’on veut porter secours à quelqu’un, il faut être en état de le faire. 

0 comment
0 FacebookWhatsappEmail

L’émission radio «On s’la raconte pas » du mercredi 20 novembre est enfin en podcast !
Un grand merci à Patricia et Carole de la librairie Montaigne qui ont parlé de mon exposition « Quand les mots se dessinent », présente à la médiathèque de Prigonrieux, jusqu’à la fin décembre 2019 et de mes parutions de l’année aux éditions Les P’tits bérets, avec l’album « C’est peut être » et « Confiture des Petits Bonheurs ».

0 comment
1 FacebookWhatsappEmail
  • 1
  • 2

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accepter Lire Plus