Author

Anne

ATELIER 8

by Anne

Se fabriquer un carnet de créativité

Si vous avez découvert le contenu de mes précédents ateliers, vous connaissez maintenant mon amour pour les papiers très divers: papiers récoltés, papiers transformés, papiers détournés, papiers peints…

Pour ce nouvel atelier, je vous propose d’utiliser toute la diversité de papiers que vous avez récoltés pour vous fabriquer un carnet de création. Je le nomme comme cela car il peut servir de carnet de croquis, de carnet de voyage, de carnet de mémoire… mais aussi d’un carnet pour créer de diverses manières. Je vous en dirai plus lors un prochain atelier.

Pour l’instant, il est important de fabriquer un carnet avec des papiers qui vous plaisent, avec lesquels vous avez un attachement mais aussi des papiers que vous n’avez pas l’habitude d’utiliser, qui seront propices à des créations inattendues.

Papier de soie, papier peint à l’encre, papier avec des empreintes effectuées à la peinture, carte routière recouverte d’empreintes, page de vieux roman jeunesse, papier kraft, papier cadeau, feuille de couleur unie, page de vieux cahier d’écolier, tissu, papier calque, cartonnette, papier buvard, papier calque, papier millimétré, papier crépon, partition, papier canson blanc ou autre…

A l’aide d’une perforeuse, percer régulièrement sur toutes les feuilles, le nombre de trous que vous souhaitez pour relier les pages entre elles.

Munissez-vous

  • d’une ficelle suffisamment solide, un peu enduite, pour qu’elle ne s’effiloche pas,
  • d’une aiguille, si la ficelle est un peu molle, avec un chat assez large et
  • de cartonnette un peu épaisse et découpée de dimensions un petit plus grandes que les pages, pour fabriquer la couverture. Le carton sera ensuite personnalisé; donc cela n’a pas d’importance si vous prenez de la cartonnette avec des inscriptions inscrites dessus, style carton d’emballage d’une boîte à biscottes.
  • Vous pouvez, tout simplement, coudre avec le point arrière: par en-dessous vous ressortez le fil dans le trou suivant et sur le devant, vous piquez à nouveau dans le trou précédent, et ainsi de suite jusqu’à la fin.

Vous voilà prête pour créer, pour laisser libre cours à votre créativité.

Je vous proposerai dans le prochain atelier comment créer sans stress, avec zéro attente, juste créer, s’exprimer plastiquement, sans jugement. Et ce qui est incroyable, c’est que vous ferez tomber des barrières en vous et surtout … apprendre à vous connaitre davantage!

Je ne vous en dis pas plus!;) Prenez déjà le temps de fabriquer votre carnet de créativité personnalisé. Vous pourrez également créer en famille! Alors fabriquez, pour votre enfant ou avec lui, son carnet de créativité!;)

Amusez- vous bien!;)

Créer, ressentez, vivez!

Prenez soin de vous, de votre créativité et de celle de votre enfant!

N’hésitez pas à vous inscrire à la newsletter pour être informée des nouveaux articles!

0 comment
0 FacebookWhatsappEmail

Nous pouvons entendre fréquemment des gens affirmer, de manière catégorique et avec regret :  « De toute façon, je ne suis pas artiste. Ou alors : « Oui, mais toi, tu es artiste ! »

Ont-ils raison ? Pourquoi se jugent-ils ainsi ? Pourquoi se catégorisent-ils ainsi? Quelle est cette petite voix qui leur intime cette injonction ?

Ne sommes-nous pas tous créatifs, chacun dans un domaine ? Ne sommes-nous pas tous sensibles à la beauté, sous des formes différentes ?

Pourquoi nous attribuons-nous cette catégorisation artiste ou non-artiste ? Avons-nous besoin de cette différenciation pour exprimer notre créativité ? 

Cette distinction qui remonte très certainement à notre enfance nous bride. Un artiste était et est encore perçu dans notre société comme quelqu’un de bohème, restant dans son art sans percevoir les contraintes bien réfléchies et raisonnables d’une vie sécurisée, sans se projeter vers un avenir contrôlé. Mais est-il impossible d’allier la créativité à une vie rassérénée et clairvoyante ?

Nous ne pouvons pas décréter de la sorte que nous ne possédons pas d’art. Nous avons tous en nous un art qui nous correspond, une forme de créativité qui ne demande qu’à surgir et éclore, et que nous n’avons pas encore essayé d’exprimer. Nous nous devons d’offrir au monde la beauté qui se trouve en chacun de nous. 

1. Se relier à la beauté 

Qu’est-ce que la beauté ? Le beau est communément défini comme la caractéristique d’une chose qui au travers d’une expérience sensorielle (perception) ou intellectuelle procure une sensation de plaisir ou un sentiment de satisfaction. Beauté est synonyme de joliesse, d’harmonie, de splendeur.

Nous aurions bien tort de ne pas accueillir le beau dans notre vie, car accueillir celui est joli réconforte notre être profond et nous apporte la joie! La beauté n’existe pas uniquement pour nous divertir : elle est ce qui nous nourrit profondément. Si nous venons à en manquer, nous nous délitons. Elle nous permet de renaître, de revivre et de nous dépasser.   

Comment solliciter la beauté dans sa vie quand on a pris l’habitude de « cavaler », car elle demande à ce que nous prenions le temps de l’inviter. Nous devons délibérément en avoir l’intention. Nous devons volontairement nous y plonger ou la créer.

Prendre conscience de la beauté qui nous entoure est nécessaire pour ensuite exprimer cette beauté au travers notre créativité. Notre inventivité peut s’exprimer tout au long de la journée dans tous les gestes du quotidien.

Comment pouvons-nous inviter la poésie dans notre vie ? Rien de plus simple : cela se fait très facilement ! Vous souhaitez servir une salade composée au repas du soir, pourquoi ne pas l’agrémenter de fleurs comestibles ? Vous souhaitez faire plaisir à votre grand fils qui revient de week-end, pourquoi ne pas placer dans sa chambre un délicat bouquet de fleurs des champs ? 

« La beauté est dans les yeux de celui qui regarde. » Oscar Wilde

La beauté est partout ! Il faut juste se rappeler qu’il est possible de la remarquer, de la voir et de l’apprécier, en faisant de notre quotidien un long fleuve de poésie ! Nous pouvons nous y préparer, nous y former, et nous y ouvrir. Nous pouvons accueillir cette faculté naturelle, que nous avions enfant, à voir la beauté partout (Un enfant s’enthousiasme toutes les 2 à 3 minutes, un adulte 2 à 3 fois en une année !), en portant un regard neuf sur notre environnement, car nous négligeons trop souvent de le contempler : Ce qui nous entoure sera le reflet de nos états d’âme ! 😉

2. Le devoir d’exprimer sa créativité

Nous avons le devoir d’exprimer notre créativité qui sommeille en nous. Pourquoi en avons-nous le devoir ? Parce que sinon toute cette beauté se perd ! Quel gâchis !

Au lieu de remarquer tout ce qui ne va pas, remarquons toutes ces petites choses insignifiantes mais si importantes ! Notre cerveau est câblé pour identifier en premier lieu un éventuel problème qui serait un danger. Mais notre quotidien est peu dangereux. Il est juste rempli de contrariétés, de petites difficultés. Alors prenons le temps de plutôt repérer les beautés que notre route croise et créons avec elles des instants magiques ! Si nous ne faisons pas attention à toutes ces merveilles, créées par l’être humain ou provenant de la nature, si nous oublions de les contempler, comment pourraient-elles pleinement exister ? Notre conscience et notre regard donnent vie, à ce qui, sans nous, resterait caché. Voilà pourquoi nous nous devons d’exprimer notre créativité pour transmettre, communiquer autour de nous les beautés que nous repérons, pour révéler l’harmonie, la beauté et l’exceptionnel. 

3. Contribuer à la beauté du monde

De cette manière, notre créativité contribue à la beauté du monde car en transformant et partageant nos belles trouvailles, nous créons autour de nous un environnement remarquable, dans le sens harmonieux et splendide. Il s’agit presque d’un devoir civique !;) Nous nous devons pour nos enfants et notre entourage d’être « artiste », de produire de l’art avec ce qui se trouve en chacun de nous et sous n’importe quelle forme, plastique, musicale, culinaire… et de l’offrir autour de nous.

4. Partager sa vision poétique du monde 

Cette démarche créative d’utiliser la beauté peut avoir lieu toute la journée et sous n’importe quelle forme. Nous pouvons changer intentionnellement notre vocabulaire. Nous pouvons avoir conscience de l’utilisation de structure de phrases comme : 

J’adore quand je vois les fleurs du marronnier éclore sur le chemin de mon travail.
J’adore quand j’entends le chant du merle le matin.
J’aime bien quand je vois le sourire sur le visage du passant que je croise.
Je trouve extraordinaire la lumière qui filtre entre le feuillage du grand chêne.
C’est fantastique, dans ma tisane, le parfum des fleurs de tilleul que j’ai cueillies au printemps.

Ce changement langagier est propice à générer l’enthousiasme. Et l’enthousiasme est nécessaire à l’envie de voir la beauté, de l’utiliser, de la reproduire, de la partager et dans la joie. Ces trois mots, beauté, enthousiasme et joie, exécutent à l’infini un ballet qui permet à l’être humain de transmettre l’existence de tous ces trésors. 

Alors, à vous, de surprendre, d’identifier, de créer et de dispenser autour de vous toutes les beautés qui croisent votre route ! À vous d’être révélatrice de merveilles ! À vous de contribuer au changement que vous voulez incarner ! À vous d’offrir l’embellissement de votre quotidien à votre entourage ! 

« La beauté est une source inépuisable de joie pour celui qui sait la découvrir. » Alexis Carrel

Et surtout n’oubliez pas:

Créez, ressentez et vivez

Prenez soin vous et de votre créativité !

N’hésitez pas à vous inscrire à la newsletter pour être informée des nouveaux articles!

0 comment
0 FacebookWhatsappEmail

ATELIER 7

by Anne

Comment se fabriquer un petit livre?

Qui dit papier … dit immanquablement livre !


« Un livre est comme un jardin que l’on porte dans sa poche. » 
Gladys TABER

Et si, derrière une simple feuille de papier se cachait un livre !

Et si, à partir d’une simple feuille A4, à plier, un petit livre prenait naissance !

Soit petit,…  mais qui peut contenir de si grandes choses ! Des choses si importantes pour vous !

Un petit livre pour consigner vos haïkus préférés !

Un petit livre pour écrire chaque soir vos 3 moments de gratitude !

Un petit livre pour noter des citations sur le bonheur, qui croisent votre route !

Un petit livre pour dessiner toutes les fleurs sauvages de votre jardin que l’on nomme injustement « mauvaises herbes » !

Un petit livre pour noter les petits mots « craquants » de votre enfant: ses petites phrases si adorables et souvent si justes !

Un petit livre pour vous souvenir des courses que vous devez faire!

Un petit livre pour collecter tous vos fous rires!

Un petit livre pour inscrire les titres des chansons qui vous donnent de l’énergie et vous mettent en joie!

Un petit livre pour ne pas oublier les titres des livres que vous voulez lire! …

Le petit livre de mes haïkus préférés

Vous pouvez utiliser des feuilles de couleur, des feuilles A3, des feuilles format raisin (Ça, c’est pour ceux qui ont beaucoup de choses à consigner, à écrire, à dessiner!…), une feuille A6 (Ça, c’est pour ceux qui veulent réaliser un tout petit livre pour y inscrire des grands secrets !)…

1. La feuille est pliée en 2 dans le sens de la hauteur, à nouveau en 2 dans le sens de la largeur et une seconde fois dans le sens de la hauteur, autrement dit en 8. Déplier.
2. Plier à nouveau en 2 dans le sens de la hauteur et découper jusqu’au plie central. La déplier.
3. Replier la feuille dans le sens de la hauteur, pincer les extrémités et pousser pour créer une ouverture au centre, jusqu’à pouvoir rabattre toutes les parties les unes sur les autres afin matérialiser les pages.
4. Votre petit livre est fabriqué. Vous pouvez mettre un petit point de colle à l’intérieur pour maintenir les pages.

En fixant plusieurs pliages ensemble, vous pouvez obtenir un petit livre plus étoffé si vous avez beaucoup de choses à y noter !

Un pliage à reproduire à l’infini, à décliner et à imaginer sans fin … pour les amoureux de livres et de petits carnets comme moi!

Cette activité peut être également réalisée avec des enfants à partir de 3 ans. Quel bonheur pour eux de faire comme les grands! Quelle joie pour votre enfant  de jouer au dessinateur, à l’écrivain, surtout s’il commence à s’intéresser aux lettres et à la lecture, d’accéder à la création de livres, de mettre un pied dans l’écrit!

Un univers qui les fascine lorsqu’ils vous voient, vous parents, lire et pouvoir apprendre librement ce que vous voulez, quand vous le souhaitez!

Le lecture est source de liberté et comme nous le dit Jean Guéhenno dans sa citation: « Un livre est un outil de liberté »

Amusez- vous bien! 😉

Créer, ressentez, vivez!

Prenez soin de vous, de votre créativité et de celle de votre enfant!

N’hésitez pas à vous inscrire à la newsletter pour être informée des nouveaux articles!

0 comment
0 FacebookWhatsappEmail

Rabat-joie: Personne d’humeur chagrine qui trouble la joie des autres. !!!

« C’est ce que nous sommes tous, des amateurs, on ne vit jamais assez longtemps pour être autre chose. »  Charlie Chaplin 

Nous ne serons, toujours, que des amateurs !?

Selon les jours, l’humeur, l’énergie, cette citation peut être interprétée de deux façons très différentes. En choisissant l’une ou l’autre de ces deux visions, votre potentiel créatif sera très différent.

Nous sommes tous, des amateurs !  

1ère interprétation: Vous vous percevez négativement, vous ne vous sentez pas à la hauteur. Vous abandonnez avant d’avoir commencé. Vous êtes dans la crainte de l’échec. Trop de perfectionnisme donne la parole à votre critique intérieur ! Vous savez cette petite voix, qui crie, d’ailleurs, parfois très fort en vous ! Qui vous dit que vous n’y arriverez pas, que vous n’êtes pas légitime, que vous ne vous êtes pas assez exercée, que vous n’avez pas suivi cette formation… Bref ! Un véritable rabat-joie ! 

Nous sommes tous, des amateurs !

Seconde interprétation: Vous pouvez vous percevoir comme des amateurs parce que vous savez que l’apprentissage fait partie du mouvement de la vie : apprendre, découvrir, observer son travail de manière neutre, aller de l’avant, s’améliorer constitue l’essence même du cheminement créatif. 

Alors comment réduire le volume de son critique intérieur pour découvrir le meilleur au fond de soi et partir à la rencontre de soi-même?

1. Qu’est-ce que j’aime ?

Comment clouer le bec à votre critique intérieur bien importun en vous offrant la possibilité de partir à la rencontre de vous-même ? Etre exploratrice de soi-même signifie écouter son monde intérieur et sensible plutôt que d’écouter les voix extérieures, repérer ce qui vous attire plutôt que de suivre les tendances. Cette prospection prend rapidement des allures d’aventure et permet d’entrevoir l’émergence de l’inventivité qui vous est propre. Créativité et spiritualité sont étroitement unies. En définissant ce que vous aimez créer et en suivant vos aspirations vous serez plus épanouie et plus confiante. (En complément, vous pouvez découvrir l’article Chut!… Que me dit mon cœur?)

Cela signifie donner de la valeur à vos attirances pour certains thèmes, certaines techniques, certaines démarches créatives, certains supports.

Plus vous définirez vos appétences, plus vous pourrez voyager à l’intérieur de vous, dans votre monde intérieur. Cette exploration est valable pour toutes les formes d’art : que ce soit la musique, l’expression plastique, l’expression corporelle, l’écriture…

2. Juste observer et constater

En étant à l’écoute de vos préférences, même en tant que débutante, vous pourrez définir et affiner vos capacités et vos faiblesses : Cela implique un regard neutre sur votre travail. Le perfectionnisme n’a pas sa place dans la création et la créativité. Vous pouvez porter une attention impartiale sur votre création, et uniquement une fois achevée. Tiens, j’ai utilisé cette couleur pour la première fois! J’ai placé ma création à droite de l’espace !… (En complément, vous pouvez découvrir l’article Créer sans (se) juger)

Créer sans vous comparer : C’est bien difficile de nos jours avec les réseaux sociaux ! Mais il faut s’en préserver ! Créer sans idéaliser le résultat prévu permet d’accéder réellement à votre potentiel créatif. Il est toujours possible de copier le style d’un autre artiste pour apprendre une technique, une nouvelle façon de traiter le sujet, comme le faisaient les peintres autrefois afin d’acquérir le niveau de savoir-faire de leurs maitres, mais il faudra à un moment donné s’en affranchir pour exprimer véritablement ce que reflète votre monde sensible.

3. Consigner pour affiner

Il peut être intéressant de prendre l’habitude de noter dans un carnet, vos pensées, vos intentions, vos envies, vos découvertes, vos artistes préférés, vos techniques favorites, les raisons de ces préférences, vos projets, vos gratitudes… Toutes ces informations vont ébaucher le tracé de votre chemin créatif et élaborer le potentiel que vous avez en vous. 

Créer sans se censurer, sans attentes permet aussi d’emprunter ce chemin sans craindre les hautes herbes, sans craindre de « s’égarer » ! Peu importe le résultat, c’est le chemin qui compte. Vous ressentirez rapidement de la confiance envers vos capacités sensibles et artistiques.

4. La méthode Kaizen

La méthode Kaizen encourage l’apparition de la confiance : chaque jour un petit pas. Pas beaucoup mais tous les jours une petite action : une lecture, un dessin, un croquis, un collage, jouer avec les couleurs, la notation d’une citation… Ce petit pas journalier et indolore sécurise et ancre des habitudes de techniques, de perceptions artistiques… 

5. En lien avec un monde poétique

Pour accéder à la part créative et sensible de votre être, vous devez vous relier au Beau ! Votre monde sensible et personnel a besoin de « poésie » pour émerger, de calme, d’introspection. Et cet état d’introspection est sollicité par un environnement qui cherche à contempler ce qui est admirable autour de vous. Conviez dans votre vie des instants d’émerveillement en observant la nature, en lisant de la poésie. Si vous êtes un peu réticente à lire des poèmes, vous pouvez vous sensibiliser à cet art littéraire avec les Haïkus : ce sont de très courts poèmes de 3 vers qui, en quelques mots interpellent, avec beaucoup de délicatesse et de justesse, et parfois avec humour, sur la beauté de la nature, des saisons. Ce « bain poétique » favorise la créativité.

Mon haïku favori : La fleur tombée, remonte à sa branche. Ah ! C’était un papillon. Morikate

6. Dans « mon » monde

Pour exprimer votre inventivité, vous devez vous sentir bien dans votre environnement et disposée, c’est-à-dire disponible mentalement pour créer. Vous pouvez éventuellement agencer, et même dans un espace réduit, votre lieu de travail de manière chaleureuse et propice à votre inspiration. Avez-vous envie d’accrocher des photos, des illustrations inspirantes ? Des citations qui vous donnent des ailes ? Des parfums qui vous font voyager ? Un bouquet de fleurs des champs fraichement cueillies ? … Un petit univers rien qu’à vous et qui vous inspire et stimule. 

Vous pouvez également vous aménager ce moment propice en vous préservant du bruit et de la dispersion : se couper du monde sur un temps suffisamment long favorise la création. Eteignez ou mettez en silencieux votre téléphone ou toutes les notifications des réseaux sociaux. Les neurosciences nous disent qu’une interruption de quelques secondes dans une phase de grande concentration demande 20 mn de retour à soi pour atteindre le même degré de concentration. Que d’énergie gaspillée !

7. Se préserver

Les pensées négatives qui vous assaillent et qui alimentent votre critique intérieur peuvent être entretenues par les critiques de votre entourage, d’autant plus si elles proviennent de personnes qui vous sont proches. En créant, vous vous mettez à nue : fragilisée face aux regards extérieurs, aux avis externes, vous risquez de nier votre potentiel ou de perdre confiance. Questionnez-vous sur la pertinence de montrer votre travail, dès à présent ? En totalité ? À toutes les personnes ? Préservez-vous, ainsi que votre créativité ! Choisissez les créations que vous voulez montrer. Fuyez les personnes à la critique exacerbée et non constructive ! La critique « gratuite » et parfois assez vive dénote probablement d’un fond de jalousie, d’une frustration de n’être pas passée à l’acte comme vous êtes en train de le faire. Créer est un acte courageux ! Créer, c’est s’exposer, c’est exposer votre moi intérieur !

Vous devez vous convaincre de votre valeur de votre travail artistique pour ensuite persuader et séduire les autres. En appréciant votre travail, pleinement avec ses victoires et ses « erreurs », vous vous respectez vous-même. Il viendra le moment où vous vous sentirez prête à partager votre travail sans craindre le « jugement » extérieur parce que vous n’attendez pas ce regard pour avancer sur votre chemin créatif. Vous créez avec et pour exprimer votre moi singulier. Et vous devez percevoir votre travail comme précieux et comme une artiste à part entière, en toute légitimité.

Recherchez et entourez-vous de personnes positives et inspirantes qui vous donneront des avis constructifs, qui vous feront avancer. Si vous n’avez pas la possibilité d’être soutenue de la sorte, lisez des biographies de personnes inspirantes, même dans d’autres domaines que l’art. En découvrant le parcours « extraordinaire » de personnes « ordinaires », vous édifierez en vous la conviction que vous avez en vous un potentiel créatif insoupçonné ! 

Il ne vous reste plus qu’à vous lancer, avec sérénité !

Créez, ressentez et vivez

Prenez soin vous et de votre créativité !

N’hésitez pas à vous inscrire à la newsletter pour être informée des nouveaux articles!

0 comment
0 FacebookWhatsappEmail

ATELIER 6

by Anne

Guirlandons!

Guirlandons! Et oui, ce verbe existe! Il s’agit de confectionner des guirlandes! Envie d’un air de fête? Chez vous, à votre travail, entre amis, avec vos enfants…? Rien de mieux, que de confectionner une guirlande et de l’accrocher dans votre entrée, dans une chambre, dans votre salon, au-dessus de votre poste de travail…!

Rassembler tous les papiers qui vous plaisent: papiers cadeau, carte routière, vieux livres, papier kraft…
Découper des carrés d’environ 10 cm sur 10 cm.
Plier les carrés en 2 et dessiner une moitié de coeur au bord de la pliure.
Découper les tracés et faire 2 trous dans chaque coeur avec une perforeuse.
Enfiler les coeurs sur une ficelle en alternant les couleurs selon ton envie.
Possibilité pour un enfant d’écrire une lettre ou des mots sur certains coeurs, à l’occasion de la fête des mères ou des pères qui approche.

Egayez votre quotidien!;)

Créer, ressentez, vivez!

Prenez soin de vous, de votre créativité et de celle de votre enfant!

N’hésitez pas à vous inscrire à la newsletter pour être informée des nouveaux articles!

0 comment
1 FacebookWhatsappEmail

CHUT!… QUE DIT MON CŒUR ?

by Anne

Chut ! Que me dit mon cœur ?

Mon cœur est comme une petite boussole intérieure qui me chuchote de m’engager sur un chemin plutôt qu’un autre. J’essaie le plus possible, d’intégrer dans ma vie quotidienne, le réflexe d’accéder à cette boussole grâce à une idée merveilleuse et extraordinaire, enseignée par le philosophe Spinoza, : repérer ce qui me met véritablement en joie. La joie débouche sur la légèreté, l’inspiration, la motivation, la confiance, l’énergie, la créativité…


« Il n’y a pas de vent favorable
pour celui qui ne sait pas où il va. » 
Sénèque

Que vous dit votre cœur? Vous voulez créer mais que vous ne savez pas quelle technique choisir! Vous pouvez interroger votre petite boussole intérieure en vous demandant lorsque vous admirez des créations de divers artistes:

  • Pourquoi est-ce que j’aime cette création?
  • Qu’est-ce qui m’interpelle dans ce tableau?
  • Qu’est-ce qui m’émeut dans cette production?
  • Quelle technique est utilisée dans cette œuvre ?
  • Quelle technique, est-ce que j’aime régulièrement observer ?
  • Quand j’entre dans un musée, dans une galerie, dans un magasin, par quels types d’objets ou d’œuvres, est-ce que je suis attirée ?
  • Est-ce que ce sont toujours les mêmes types œuvres ou d’objets?
  • Est-ce qu’il s’agit souvent de la même technique?
  • Qu’est-ce qui capte et mobilise mon attention et mon intérêt ?
  • Quels matériaux sont utilisés ? …
  • Quelles couleurs m’attirent?

Tous ces questionnements vont vous mener peu à peu à affiner vos centres d’intérêt pour une technique, une matière, une couleur… plus qu’une autre. 

« Le papier a plus de patience que les gens. » Anne Franck

Depuis 3 ans, j’ai choisi le papier comme matériau de prédilection et en l’occurrence le collage de papiers. 

J’ai essayé le pastel, la sanguine, la peinture…, mais je trouve toujours plus d’inspiration et de plaisir avec le papier, que je transforme, que je peins, déchire, découpe, superpose, colle, plie, froisse, intègre dans un dessin… J’ai toujours aimé « bricoler » et en utilisant le papier pour créer (pour l’instant du figuratif), je bricole avec mes p’tits bouts de papier!

Est-ce parce que le papier provient de l’arbre ? Peut-être ? Khalil Gibran nous dit: « Si tu révèles ton secret au vent, tu ne dois pas lui reprocher de le révéler à l’arbre. » Et le papier nous révèle-t-il ensuite le secret ?;)

Les actions transformant le papier amène à des surprises, la superposition crée des épaisseurs, des transparences, des associations intéressantes… 

Le collage est un médium qui dialogue avec le dessin dans mes créations. Je n’utilise pas d’images de magazines, de photos mais des papiers de la vie courante pour leur texture, leur matière, leur finesse, leur graphisme, leur opacité, leur transparence… Je ne me sers pas d’éléments figuratifs, découpés dans des magazines, qui m’influenceraient et je n’aime pas le papier glacé! Je me sers du papier pour sa teinte, ses nuances de couleur, sa texture, sa forme…

Papiers collectés: papier cadeaux, catalogue, papier kraft, papier de soie, carte routière usagée, papier journal précédemment peint, papier de sachet de thé…

En étant à l’écoute de ce qui me fait plaisir, j’ai identifié que j’apprécie vraiment de créer avec du papier: le toucher, sentir sa texture, sa finesse, le déchirer et surtout découper. Je suis admirative des découpages extrêmement fins et précis, comme dans le travail de @marie_charlotteh ou de @lissova_craft, visible sur leurs comptes Instagram. Je suis parvenue à l’élaboration d’une technique qui associe dessin et découpage-collage parce que j’affectionne découper.

Qu’est-ce que j’aime particulièrement dans le découpage?

J’aime:

  • la précision apportée par les ciseaux: j’utilise des ciseaux de taille et forme différentes : pour la majeure partie de mon découpage, des ciseaux d’écolier et pour évider des petits espaces, des ciseaux de broderie mais jamais de cutter.
  • Le bruit des ciseaux qui entaillent le papier. Et tous les papiers ne produisent pas le même bruit.
  • Le mouvement des bras: le bras gauche s’écarte, le bras droit suit le corps.
  • Le ballet des mains, leur complémentarité : la main gauche qui dirige, oriente le papier et la main droite qui suit, qui découpe…

A ce moment-là, je suis vraiment dans l’instant présent, et fait étonnant, je parviens plus à entrer dans la représentation de ce que je veux partager en découpant qu’en dessinant.

Pour cela, je garde tous les papiers qui me plaisent. Lorsque je commence à créer, je farfouille dans ma « boite à papiers » et je sors souvent les papiers par nuances de couleur, ou par association ou différence de textures, de graphismes… Et je les garde tous, même des petits bouts minuscules! Régulièrement, je sais qu’un petit morceau de papier, avec sa teinte particulière ou son graphisme bien à lui m’attend. Et je le retrouve, là, tout au fond de ma boite, prêt de trouver sa place dans mon collage!

Papier journal peint à la peinture acrylique et texturé:
empreintes, projections de peinture…

Lorsque je vais dans une galerie, un musée, je suis très souvent attirée par les oeuvres qui associent les médiums: Et ces techniques mixtes intègrent très souvent le collage avec une autre technique: peinture acrylique, dessin au feutre noir… Cela m’a permis d’affiner mes attirances et de construire peu à peu une technique qui m’amuse et me correspond.

A vous de jouer maintenant! Allez à la recherche de votre attirance artistique: Qu’aimez-vous? La peinture à l’huile, l’aquarelle, les techniques mixtes, le pastel, le fusain, l’aquarelle, uniquement le collage, la gravure, la sculpture, la photographie… En vous interrogeant, vous trouverez vers quelle technique vous orientez! En vous reliant à ce qui vous apporte de la joie, vous trouverez votre chemin! Et ce chemin peut être une association de techniques: aquarelle-collage, gravure-dessin… Osez votre créativité!

Soyez un véritable Sherlock Holmes dans l’enquête passionnante de vos préférences! Amusez-vous bien!

Créez, ressentez et vivez

Prenez soin vous et de votre créativité !

Et je serai très heureuse que vous me racontiez comment votre enquête avance, et que vous me racontiez votre petite pause, rien que pour vous ! 

N’hésitez pas à vous inscrire à la newsletter pour être informée des nouveaux articles!

0 comment
0 FacebookWhatsappEmail

ATELIER 5

by Anne

Des Coeurs partout!

Lorsque vous commencez à « ouvrir » les yeux, à être attentive à votre environnement, vous pouvez apercevoir des éléments naturels en forme de coeur partout autour de vous!

Oui, c’est incroyable et extraordinaire!

Vous pouvez choisir de mettre votre attention en éveil pour découvrir à chaque instant ou détour de chemin, quelque chose qui a la forme d’un coeur: une ombre, une feuille, une cerise « mal » formée, une pomme de terre avec une excroissance, un coquillage, une branche d’arbre …

Les enfants sont très doués pour ce jeu d’exploration.

1. Vous pouvez prendre ces éléments en photo et les poster sous le #photopareidoliecoeur sur Instagram.

2. Vous pouvez choisir de créer en utilisant le modèle du coeur.

De la même façon que dans l’atelier 4 « Etes-vous plutôt fleurs ou ballons? »,

  • vous pouvez découper des coeurs dans différents papiers: papier cadeaux, catalogue, papier kraft, papier de soie, carte routière usagée, papier journal précédemment peint, papier de sachet de thé…,
  • les partager en 2, en 3…,
  • assembler les moitiés, les quarts avec des teintes, des graphismes… différents, 
Tracer, découper, partager, assembler… s’amuser!
  • vous pouvez utiliser ces coeurs reconstitués pour faire du Art postal c’est-à-dire décorer vos enveloppes avec les coeurs collés dessus, créer des cartes à envoyer…
Coeurs généreux – Coeurs partageurs

3. Vous pouvez partir de l’idée du coeur pour inventer des coeurs que vous personnalisez.

Vous pouvez découper dans les papiers que vous aimez une représentation du coeur que vous voulez vous offrir ou offrir. Même en ne sachant pas dessiner, vous pouvez exprimer facilement votre idée. Il n’y a que votre imagination qui peut vous limiter!

idées de coeurs à l’infini selon votre imagination!

Alors amusez-vous! Reliez-vous à votre coeur! Et toutes ces activités peuvent être faites pour vous et avec un enfant. Les enfants sont très créatifs, et surtout lorsqu’il s’agit de se relier à son coeur!

Créer, ressentez, vivez!

Prenez soin de vous, de votre créativité et de celle de votre enfant!

Et je serai très heureuse que vous me racontiez votre petite pause, rien que pour vous ! 

N’hésitez pas à vous inscrire à la newsletter pour être informée des nouveaux articles!

1 comment
3 FacebookWhatsappEmail

INSPIRATION, OÙ TE CACHES-TU?

by Anne

Comment et où trouver l’inspiration ?

L’inspiration désigne une affluence d’idées stimulant l’imagination et la créativité.

Mais il est parfois difficile de trouver de l’inspiration !;(  

Comment trouver les idées qui poussent à la création, qui permettent d’accéder à l’imagination ?

L’inspiration est comme un souffle créateur qui anime celui qui crée. Les deux expressions Chercher l’inspiration et Suivre son inspiration sont les clés pour créer sans pression et dans l’exaltation.

« Je mets dans mes tableaux tout ce que j’aime.
Tant pis pour les choses, elles n’ont qu’à s’arranger entre elles. » 
Pablo Picasso

Chercher l’inspiration 

Vous pouvez considérer vos émotions comme des messages : Retrouver ce qui vous anime au plus profond de vous.

Vous ne savez pas où chercher l’inspiration ? Quel sujet choisir ? Quelle technique utilisée ? Toutes les réponses sont déjà là au fond de vous ! Juste enfouies en vous ! 

Vous pouvez vous demander :

Qu’est- ce que je faisais enfant, avec enthousiasme ? 

Il est intéressant d’examiner l’étymologie du mot enthousiasme.  Enthousiasme provient du grec et signifie, qui a dieu en soi : lorsque nous faisons quelque chose dans une grande joie, nous activons la partie divine, la partie la plus haute en nous.

Qu’est-ce que j’aimais faire avec plaisir ? 

Il y a de grande chance que, ce que vous faisiez enfant, avec contentement, vous apporte toujours du plaisir, aujourd’hui, dès que vous y repensez ou le faites. Ces moments représentent l’essence même de vos centres d’intérêt. 

En vous reliant à vos émotions, vous identifierez les activités qui vous apportaient du plaisir. Y avait-il une récurrence dans le type d’activités, avec telles ou telles personnes, dans quels lieux, à quels moments…

Quelle est l’activité qui, lorsque j’y repense, m’apporte immédiatement une émotion de joie?

Cette exploration intime a pour objectif d’affiner la connaissance de ce que vous aimez particulièrement : approfondissement qui renforce et aide à affirmer simplement et subtilement vos centres d’intérêts qui alimenteront votre inspiration. 

Prenez quelques instants pour repenser aux passions de votre enfance. Visualisez-vous enfant. Que faisiez-vous avec joie, avec enthousiasme ? 

Pour ma part, j’aimais être dans la nature avec mes parents : ramasser au grès de nos promenades, des feuilles, des fleurs, des champignons, des châtaignes, des mûres, des framboises, récolter des coques, pêcher des crevettes, débusquer les crabes au fond de leurs trous, identifier les fleurs et les arbres, connaitre leurs noms, jouer avec les végétaux : fabriquer une petite poupée coquelicot, enfiler des pâquerettes par leurs cœurs sur une tige, souffler dans une herbe…

J’aimais faire de la poterie, apprendre avec ma maman à broder, coudre, tricoter…

Suivre son inspiration 

Après avoir fait ce travail de sondage pour identifier vos plaisirs, ce qui vous apporte de la joie, maintenant, écoutez cette petite voix intérieure et donnez-lui plus de poids qu’à celle qui vient de l’extérieur, qu’aux injonctions externes. Steve Jobs disait : « Ayez le courage de suivre votre cœur, votre intuition. » L’intuition est la connaissance subconsciente de quelque chose. 

En écoutant votre intuition, nous augmentez votre confiance. Vous devenez inspirée et lorsque vous êtes liée à l’inspiration, à votre source interne, vous avez plus facilement accès à votre créativité et sur le long terme. 

Je trouve mon inspiration dans la nature, chez les oiseaux, les insectes et plus notamment dans les végétaux : les fleurs, les feuilles, les plantes grasses, les écorces d’arbres, la forme des troncs…

J’aime créer en variant les matériaux (tissus, laine, papiers divers, terre…), insérer des végétaux (feuilles, plumes, écorces, graminées…).

J’aime la couleur, j’adore les crayons de couleur… et lire.

S’alimenter du travail des autres 

Vous pouvez observer des livres d’art, des comptes sur Instagram, des banques d’images sur Pinterest …

Mais ce travail de prospection n’est pas une fin en soi et il faudra, à un moment donné, vous en libérer, parce que lorsque la source est externe, vous ne pouvez pas rester motivée sur le long terme. Votre travail ne vous nourrira pas. 

Vous pouvez vous inspirer de ce que font les autres créateurs, mais vous ne pourrez pas suivre cette mode ou cette tendance longtemps si cela ne correspond pas à un centre d’intérêt qui vous motive. L’influence artistique doit rester une suggestion pour vous permettre d’exprimer votre singularité.

Si vous regardez constamment le travail des autres, vous risquez de vous vider, voire de vous décourager, de perdre votre énergie créative et de dissoudre la force de votre style.  

Vous pouvez vous alimenter du travail des autres en observant et en variant le choix d’une technique, d’un sujet, d’un thème, d’un modèle, d’une disposition dans l’espace, de matériaux, d’outils … Ces observations d’images peuvent être prises comme des exercices. En vous entrainant à copier une partie d’un modèle, vous apprenez, vous alimentez votre imagination, pour intégrer un élément dans votre création mais pas entièrement. Les grands peintres apprenaient également en copiant leurs maitres puis, s’en affranchissaient en développant leur propre technique et leurs sujets de prédilection.

Ce terreau fertile, essentiellement visuel, nourrira et réactivera votre imagination en vous connectant à ce qui vous plait (car vous l’avez déjà identifié !). 

L’impact de la lecture

Votre imagination peut aussi s’alimenter par les images mentales, créées par vos lectures. Pour ma part, je crée principalement à partir des mots. 

Je ne peux pas vivre sans livres ! Romans, essais, revues et biographies inspirantes, recueils de poésies…

Je lis, je m’imprègne de beaucoup de citations, de poèmes, avec une grande préférence pour les haïkus, ces petits poèmes japonais de 3 vers, qui en disent tant en si peu de mots !

Pour illustrer le texte très poétique de Dominique Corazza, C’est peut-être aux éditions des P’tits Bérets ( https://www.lesptitsberets.fr/catalogue/livre/115-c-est-peut-etre ), j’ai réalisé un brainstorming à partir d’une banque de mots, extraits d’années de lecture de poésies (un très grand merci à mon amie Dominique Dubreucq pour ce cadeau inestimable !). J’ai associé ces mots en fonction de ressentis, de sensations en lien avec les 5 sens, de gammes de couleurs, d’univers différents, de souvenirs…

Lorsque je crée à partir de haïkus, je peux exprimer la légèreté, la poésie de la vie et sa beauté.

Lorsque je crée à partir de citations, je peux y insérer de l’amusement, de l’humour, une vision décalée…

Les mots créent en moi des images mentales et je visualise spontanément les dessins que je peux produire. 

Cet engrais créatif, visuel comme visualisé alimentera sans fin votre imagination parce que vous serez connectée à ce qui vous plait profondément. 

En vous ouvrant à votre cœur, vous serez en connexion avec votre inspiration intime !

Voilà le secret pour trouver votre puits d’inspiration : se relier à votre cœur et créer selon ce qui vous anime

L’amour reste toujours la solution à tout ! Comme l’exprimait Mère Thérésa : « j’inspire l’amour, j’expire l’amour ! »

Inspirée, vous expirerez votre créativité singulière !

Créez, ressentez et vivez

Prenez soin vous et de votre créativité !

Et je serai très heureuse que vous me racontiez comment vous alimenter et accéder à votre inspiration, et que vous me racontiez votre petite pause, rien que pour vous ! 

N’hésitez pas à vous inscrire à la newsletter pour être informée des nouveaux articles!

0 comment
0 FacebookWhatsappEmail

ATELIER 4

by Anne

Nous pouvons continuer à nous amuser avec toutes les sortes de papiers que nous trouvons chez nous : papier cadeaux, catalogue, papier kraft, papier de soie, carte routière usagée, papier journal précédemment peint, papier de sachet de thé…

Tracez des cercles à partir de différents cylindres. Je n’utilise jamais de compas. Je choisis 2 tailles de verre : 1 verre avec un petit diamètre et 1 autre avec un diamètre un petit peu plus grand.
Au crayon de papier, au dos des ronds, tracez des traits pour partager par moitié, par quart, en forme de ying-yang…
Et découpez les ronds sur les traits tracés.
Maintenant, mélangez les couleurs et les motifs : vous pouvez associer une moitié rouge avec une moitié bleue, une moitié avec des fleurs avec une moitié qui n’a pas de fleurs,  deux quarts rouges et un quart marron et un dernier quart orange… 

 Laissez libre cours à votre imagination, à votre intuition.

Ballons
Vous pouvez ajouter des nuages, en papier déchiré…
Fleurs
Vous pouvez ajouter de l’herbe…

Si vous réalisez l’activité avec un enfant, elle peut être menée en plusieurs fois, selon sa concentration et sa motivation: les étapes peuvent être dissociées ou enchainées.

  1. Un jour, tracer et découper les ronds
  2. Un autre jour : tracer les traits et partager les ronds
  3. Une autre fois, associer, différemment, les moitiés et les quarts puis les coller
  4. Ajouter des tiges, des feuilles, des ficelles, peindre le fond ou passer de la craie…

L’essentiel est de s’amuser, de libérer sa créativité et de partager ce moment de complicité autour de la création.

Vous pouvez ensuite observer et étudier vos créations en procédant avec la démarche « Observer les similitudes et les différences », expliquée dans l’article Comment créer sans (se) juger ?, paru la semaine dernière.

Créer, ressentez, vivez!

Prenez soin de vous, de votre créativité et de celle de votre enfant!

Et je serai très heureuse que vous me racontiez votre petite pause, rien que pour vous ! 

N’hésitez pas à vous inscrire à la newsletter pour être informée des nouveaux articles!

0 comment
0 FacebookWhatsappEmail

COMMENT CREER SANS (SE) JUGER

by Anne

Créer sans (se) juger ou plutôt utiliser ce « jugement » pour progresser et gagner en confiance?

« Un sourire est une clé secrète qui ouvre bien des coeurs. »
Robert Baden-Powell

Que vous osiez enfin vous lancer dans la création ou que vous créiez depuis un certain temps, vous rencontrez certainement, à un moment, cette petite voix, à l’intérieur de vous, qui vous juge, qui porte, sur ce que vous venez de créer, un regard … pas très complaisant. 

  • Ce n’est pas assez beau !
  • Ce n’est pas ce que je voulais représenter !
  • Ce n’est pas aussi bien que ce que j’avais aperçu sur Instagram!
  • Je pers mon temps !
  • Je n’ai pas la bonne technique !
  • Je ne sais même pas dessiner !
  • Je n’ai pas le sens artistique !
  • Il faut être douée pour créer !

Vous êtes d’accord !

Toutes ces phrases ne vous permettent pas d’avancer et de vous faire confiance !

Je souhaitais écrire cet article, pour vous aider, à porter un regard constructif sur vos productions, à vous apporter un sourire! Surtout, si vous êtes comme moi, d’une nature très perfectionniste!

Je souhaitais partager ce que j’utilise pour moi-même et mes jeunes élèves et qui permet de sortir des pensées de jugements, qui sont souvent négatives, de l’examen uniquement sous l’angle « c’est beau ! ce n’est pas beau ! » et ainsi observer la création avec un certain recul et détachement !

  • Tiens, je n’ai pas utilisé de rouge !
  • J’ai utilisé toute une gamme de bleus.
  • J’ai placé mon travail sur la droite de mon espace de travail.
  • J’ai utilisé des formes rondes.
  • J’ai utilisé un papier transparent.

Cette observation peut se faire sur une seule œuvre mais également sur un ensemble de créations. 

Vous pouvez ressortir d’anciennes créations, les mettre au sol, et les observer.

Et le regard, aiguisé et neutre, vous cherchez à identifier les similitudes et les différences.

En identifiant les analogies, vous prendrez conscience de vos constantes créatives : des gammes de couleurs, de formes, d’occupation de l’espace, des papiers ou des matières que vous aimez utiliser…

Ces ressemblances peuvent vous permettre de prendre conscience de votre univers créatif. 

En identifiant les différences de choix créatifs, vous portez un regard plus vaste sur votre créativité et vous ouvrez les yeux sur tout le potentiel créatif qui se trouve en vous ! 

  • Tiens, ce jour-là, je suis sortie de ma feuille ! 
  • Tiens, sur ce travail, j’ai utilisé une matière pour la 1ère fois !
  • Je vois du rouge ! Pourtant j’imaginais que je n’en n’utilisais jamais !

En fait, vous construisez votre confiance !

Cette démarche est extrêmement intéressante et constructive pour soi mais également avec un enfant.  

Tout être humain a besoin d’être reconnu par ce qu’il produit.

Il faut veiller à apporter à l’enfant ce besoin et en même temps veiller à lui rendre la validité intérieure de ce qu’il a créé afin qu’il n’entre pas dans une addiction au regard extérieur.

Ce qui est loin d’être facile !  Le fonctionnement de l’école traditionnelle (les notes ou appréciations) ou l’utilisation des jeux vidéo (gains de points) entrainent un fonctionnement, très fortement basé sur la validation extérieure pour gagner le niveau supérieur, pour progresser. 

En pratiquant régulièrement la démarche « Observer les similitudes et les différences », vous serez dans un processus constructif et non de jugements ! 

Qu’est-ce qui est pareil ?

Je vois du rouge ! L’enfant et l’adulte déplacent les créations pour les associer en fonction du critère identifié, ici la couleur rouge. Les créations qui restent n’ont pas de rouge.

Je vois qu’il y a des fleurs. Les créations rassemblées ont toutes des fleurs. Les autres ne possèdent pas de fleurs.

Je vois que les morceaux collés ne se touchent pas. Les créations rassemblées répondent toutes au critère de la technique de collage.

Ces sélections peuvent porter sur

  • La couleur, 
  • La forme, 
  • La technique adoptée, 
  • La matière employée, 
  • L’outil utilisé, 
  • Le geste effectué, 
  • La disposition sur le support…

Et à chaque fois, il en découle : Qu’est-ce qui est différent ?

Pour les créations qui ne répondent pas au critère sélectionné (couleur, forme, technique, matière, outil utilisé, geste effectué, disposition sur le support, …), il peut y avoir encore des sous-classements…

En affinant de plus en plus son regard, l’enfant comme l’adulte apprend à mieux se connaitre, à prendre conscience de ses préférences, de ses choix récurrents, de son plaisir dans telles ou telles techniques…

Voilà! Ce que vous créez est parfait maintenant et ne demande qu’à être observé de manière constructive pour, surtout, garder intact le plaisir de créer ! 

Créez, ressentez et vivez

Prenez soin de vous, de votre créativité et de celle de votre enfant!

Et je serai très heureuse que vous me racontiez votre petite pause, rien que pour vous ! 

N’hésitez pas à vous inscrire à la newsletter pour être informée des nouveaux articles!

0 comment
0 FacebookWhatsappEmail
  • 1
  • 2

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accepter Lire Plus